Styles de référence – Adaptation APA 

 

La méthode APA est habituellement réservée aux textes rédigés en anglais; cependant, une tendance marquée favorise l'utilisation de la méthode APA dans les sciences sociales. L'adaptation APA vise donc à la fois le respect des règles du style de référence et le respect des règles de la langue française. 

 

L'adaptation APA indique la provenance des emprunts avec deux types de références : 

 

• Dans le texte, de brèves références entre parenthèses sont placées après les citations, les paraphrases 

   et les résumés. 

 

• Dans la bibliographie, toutes les notices bibliographiques sont regroupées sous forme de liste.

 

Références dans le texte

 

• Entre parenthèses, les références indiquent l'auteur et l'année de publication, séparés par une virgule. 

 

  • Ex.: Dans cet article, l'auteur montre l'importance de son modèle d'évaluation (Beauchesne, 2012).  

 

Lorsqu'une source n'a pas d'auteur, la référence indique plutôt le titre : (Énigme du soir, 2007). 

 

• Si un élément bibliographique est donné dans le texte, la référence ne l'indique pas une seconde fois. 

  • Ex.: Dans cet article, Beauchesne montre l'importance de son modèle d'évaluation (2012). 

 

• Si elle accompagne une citation, la référence doit aussi indiquer le numéro de page de l'emprunt. 

 

  • Ex.: Ce modèle d'évaluation « remet en question la validité de tous les modèles d'évaluation antérieurs » (Beauchesne, 2012, p. 11).  

 

Lorsqu'une source n'a pas de numéros de page, la référence indique plutôt le numéro du paragraphe: (Beauchesne, 2012, para. 34).  

 

Lorsque la pagination d'une source recommence au début de chaque chapitre, la référence indique aussi le numéro du chapitre: (Beauchesne, 2012, chapitre 2, p. 3). 

 

• Si la citation n'est pas une phrase complète, la référence est insérée avant la ponctuation finale. 

 

  • Ex.: Ils semblaient tous pris par « une vague de folie » (Beauchesne, 2012, p. 47). 

 

• Si la citation est une phrase complète, la référence est insérée après le guillemet fermant. 

 

  • Ex.: « La foule fut comme emportée par une vague de folie. » (Beauchesne, 2012, p. 47).

 

Citations longues

 

Les citations de plus de 40 mots doivent être reprises sur une nouvelle ligne, mises en retrait, écrites à double interligne, et paraître sans guillemets. La référence est insérée après la ponctuation finale. 

 

Ex.:


​L'auteur décrit la scène: 

 

     Dès les premières heures du matin, les premiers témoins arrivèrent, munis de caméras et d'appareils

     photo. Le chemin n'avait pas encore été débarrassé des branches et des débris qui jonchaient le sol.

     Des voix, timides d'abord, se mirent à monter dans l'air froid. La cérémonie venait de commencer.

    (Desbiens, 2005, p. 345).

 

Paraphrase
 

La paraphrase consiste à reprendre dans ses propres mots les idées d’un auteur. Comme la citation, elle vient appuyer ses idées. Elle permet cependant de présenter les idées d’un auteur sans utiliser les mêmes mots. Cependant, la paraphrase ne consiste pas seulement à remplacer les mots du texte original par des synonymes. Il faut complètement réécrire le passage, c’est-à-dire changer les mots et la structure des phrases. Si on veut conserver ne serait-ce que quelques mots du passage original, il faut les mettre entre guillemets (« »). 

 

Texte original:

 

Canada a beaucoup de médicaments commercialisés mais c’est important d’savoir la quelles est commerciali

 

Texte paraphrasé:

 

La commercialisation de ce médicament s’est effectuée au Canada seulement (Chénetier, 1989, p.10).


 

Résumé 
 

Dans tous les cas, il est important de bien citer ses sources pour plusieurs raisons : en le citant, le rédacteur rend justice à l'auteur de qui il a tiré l'idée ou le texte, il évite le plagiat et le lecteur peut se référer facilement aux sources utilisées. 

Texte Original:

 

L’incidence précise du syndrome de Tako-Tsubo est inconnu (Charvet, 2015, p.24).

 

Texte résumé:

 

Lorsqu’il y a des similitudes entre les femmes avec Tako-Tsubo, nous restons incertains de l’incidence précise (Charvet, 2015, p.24).